Marc Aurèle : Pensées pour moi-même

Marc Aurèle Marc Aurèle
Pensées pour moi-même

Éditions de la République des Lettres
Publication numérique (format ePub)
ISBN: 978-2-8249-0451-1
Date de publication : Novembre 2018
Prix de vente: 5 Euros.
Acheter en librairieGoogleFnacAmazonKoboiBooks

Texte intégral révisé suivi des biographies de Marc Aurèle et d'Épictète. Édition enrichie des deux chefs-d'oeuvre de la philosophie stoïcienne: les "Pensées" de Marc-Aurèle et le "Manuel" d'Epictète. Marc Aurèle, à Carnuntum, écrit ses "Pensées pour moi-même" en douze livres, sans doute pour oublier le tumulte de la journée précédente, passée à se battre. Stoïcisme ? Certes, bien que son œuvre ne soit pas totalement un traité de philosophie stoïcienne — elle ne comprend ni le dogme impitoyable d'Épictète ni le ton professoral et théorique de Sénèque —, elle a quelque chose de tout à fait propre à Marc Aurèle, c'est-à-dire la manière humaine, intime et émouvante dont il transforme la doctrine en un constant examen de conscience. Le constat de vanité et de caducité des choses le pousse à chercher une raison profonde à l'univers. Toute réalité est l'élément d'un organisme divin, unique, ordonné et harmonieux. L'homme, composé de trois principes: corps, âme, esprit, occupe une position centrale dans le cosmos. L'esprit, élément divin en chaque individu, guide son action. La prise de conscience de sa participation au divin doit ramener l'homme à sa vie intérieure, pour qu'il retrouve la paix. Du célèbre "Manuel" d'Epictète, recueilli par l'historien Flavius Arrien dans ses "Epicteti dissertationes", il ne nous reste que les quatre premiers livres. Considérant la notion de liberté, Épictète nous dit ici qu'elle est en soi le bien suprême. Toutefois, la liberté dont il est question n'est pas celle que nous accordent les circonstances extérieures, mais bien cette liberté qui naît au plus profond de notre personnalité. Elle se conquiert par degrés, par la volonté avec l'aide de la raison et de la sagesse. Pour le stoïcien, le bien est en effet une donnée de la conscience, et le sage, qui sait distinguer entre les deux formes de liberté, donnée ou conquise, est intégralement libre. Rien ni personne ne peut le priver de sa liberté.

Copyright © Noël Blandin / La République des Lettres, Paris, mercredi 21 novembre 2018. Droits réservés pour tous pays. Toute reproduction totale ou partielle de cet article sur quelque support que ce soit est interdite. Les citations brèves et les liens vers cette page sont autorisés.

Journal de la République des Lettres Éditions de la République des Lettres Brève histoire de la République des Lettres À propos de la République des Lettres Plan du site Contact & Informations légales