Arthur Avalon - John Woodroffe : La Puissance du Serpent: Introduction au Tantrisme

Arthur Avalon - John Woodroffe Arthur Avalon (Sir John Woodroffe)
La Puissance du Serpent: Introduction au Tantrisme

Éditions de la République des Lettres
Publication numérique (format ePub)
ISBN: 978-2-8249-0330-9
Date de publication : Septembre 2016
Prix de vente: 5 Euros.
Acheter en librairieGoogleFnacAmazonKoboiTunes

Texte intégral révisé suivi d'une biographie d'Arthur Avalon (pseudonyme de John Woodroffe), traduction de Charles Vachot, préface de Jean Herbert, ouvrage orné de huit illustrations en couleurs et de quatre tableaux. — "Quand la véritable nature de l'âme de l'Inde était si complètement voilée que même les guides de sa renaissance vacillaient dans leur marche, ardents défenseurs de son passé mais inconscients de son authentique héritage, il a été donné à quelques hommes clairvoyants de découvrir, au milieu des décombres d'un passé fuyant, les joyaux sans prix d'un legs immémorial. A la pointe de ces savants désintéressés, Sir John Woodroffe qui consacra sa vie à mettre en valeur les vérités profondes de la tradition religieuse Hindoue la plus mécomprise et la plus diffamée: le Tantrisme. Membre bien connu de la magistrature, spécialisé dans les études sanskrites, il a abordé les textes sacrés des Agamas avec le respect adéquat; aidé par les lettrés autochtones et guidé par des Gurus, il a exploré les arcanes du Sâdhana Shâstra assez profond pour en ressurgir comme le champion inspiré de cette religion vénérable, stupéfiant tout le monde par son incroyable persévérance, par l'éclat de son esprit et la force de pénétration qu'il a apportés à maintenir son effort solitaire destiné à ressusciter la splendeur des Tantra Shâstra, particulièrement le Shâkta Vedânta. Il a écrit, traduit, édité, commenté, fait des conférences, il a fait tout ce qu'il pouvait faire pour présenter l'enseignement théorique et pratique des Agamas sous leur véritable jour. L'Inde a envers lui une immense dette de reconnaissance car il a éveillé ses fils au sens vivant d'un de leurs grands héritages." — M. P. Pandit.